L’Islande en hiver

L'Islande en hiver

Pour faire suite à notre voyage en islande en hiver, nous avons décidé de revenir sur plusieurs points importants à préparer avant votre périple. Moyen de locomotion, climat, durée du voyage… autant de conseils qui nous auraient été très utiles avant de partir. Ne passez pas à côté 🙂

Se déplacer en Islande l’hiver, avoir les bons réflexes

Déplacement Islande

S’il y a bien une chose à laquelle vous devez faire attention lors de votre voyage en Islande en hiver, c’est au type de véhicule que vous louez. Au minimum, si vous souhaitez faire le tour de l’île, optez pour une voiture de type Dacia Duster (code ACRISS IMMR, utile au moment de louer votre voiture) avec les 4 roues motrices. En effet, les routes islandaises sont souvent gelées, parfois même très enneigées et les tempêtes de neige sont fréquentes à cette période. Roulez de jour pour ne pas vous retrouver sous une tempête de neige de nuit, la visibilité étant plus que médiocre.
Du fait de la présence de nombreuses côtes/descentes, il est recommandé d’utiliser le frein moteur pour ne pas bloquer les roues et “glisser” sur la route sans pouvoir freiner. Nous avons failli rentrer dans un bus arrêté sur la route à cause de cela. Le frein a main a été notre dernier recours !

Enfin, consultez le site Road.is qui vous indiquera en temps réel l’état de toutes les routes. Avant chacun de vos déplacements, prenez le temps de vérifier les conditions sur ce site (ou d’appeler le numéro, en anglais) qui est mis à jour fréquemment. Il serait dommage de vous retrouver face à une route fermée… De plus, si vous naviguez davantage sur le site, vous pourrez retrouver la météo de l’île. Pratique. Le site Vedur vous donnera aussi toutes les informations sur la météo islandaise.

Comment s’habille-t-on l’hiver en Islande ? Quand partir ?

Confirmons l’évidence : il fait froid. Comptez jusqu’à -5 degrés, température amplifiée à cause du vent. Ne lésinez donc pas sur les moyens pour vous couvrir et ne pas gâcher votre séjour :

  • Manteau et pantalon de ski pour ne pas souffrir du vent glacial. Primordial !
  • Ajoutez un haut et un bas “technique” pour être sûr de ne pas avoir froid. Le premier prix décathlon est suffisant,
  • Bien entendu, gants et bonnet de bonne épaisseur seront dans votre sac à dos,

Dernière petite astuce pour vous réchauffer dans votre périple : préparez une thermos de thé ou de café à la journée pour un effet instantané.

Partir en hiver, certes, mais quand exactement ? Pour avoir le plus de chances de voir les aurores boréales, il faut bien évidemment partir quand les nuits sont les plus longues. Mais attention, cela veut dire aussi que les conditions météorologiques à la journée seront plus défavorables et de nombreux sites/routes peuvent être fermés… En ce qui nous concerne, nous sommes partis du 6 au 15 février. Nous n’avons eu “qu’entre” 7h30 et 8h d’ensoleillement par jour et quelques soucis dus à la météo, puisqu’une tempête de neige nous est tombée dessus, mais cela ne nous a pas empêchés de profiter pleinement de notre séjour. Si vous partez lors de la dernière quinzaine de février, vous pouvez avoir jusqu’à 10 heures d’ensoleillement par jour, plus de routes et de sites ouverts mais peut-être moins d’aurores boréales. Nous vous le recommandons.

Dernière chose : privilégiez un voyage d’au moins deux semaines pour avoir le temps de faire le tour de l’île sans avoir un timing trop serré. En 9 jours, nous n’avons pas eu le temps d’explorer les fjords de l’ouest. Surtout, nous avons dû rester un jour de plus à Egilsstaðir à cause de routes fermées, nous avons donc fait le double de kilomètres prévu le lendemain, ce qui est moins confortable.

Ne pas réserver trop tôt vos “guesthouses”

Routes Islande

Si vous décidez de partir en février comme nous, les chambres d’hôtes (“guesthouse”, comme celle de Höfn, que l’on vous recommande) affichent rarement complet. Réservez vos trois premières nuits d’avance, puis le reste la veille pour le lendemain ou le matin même. Vous trouverez toujours un endroit, parfois même moins cher grâce aux tarifs de dernière minute (sur Booking notamment). Par exemple, d’après notre expérience, nous n’avons pas pu honorer 2 nuits à cause d’une tempête de neige. Nous avons réussi à en décaler une pour le lendemain mais en revanche, la deuxième nous a été facturée sans que nous puissions nous y rendre.

Faire le plein d’essence et se restaurer

Faites le plein d’essence dès que vous croisez une station s’il vous reste moins de la moitié du plein. Les stations ne sont pas rares mais il est possible que vous n’en trouviez pas pendant une centaine de kilomètres. Prenez vos précautions au cas où vous resteriez bloqués dans un petit village.

La vie en Islande est chère. Privilégiez les courses au supermarché pour ne pas faire exploser le budget, en achetant des produits secs. Aussi, vous pouvez ramener de quoi manger avant votre voyage, pour faire baisser un peu plus la note. Mention spéciale aux pâtes lyophilisées qui nous ont bien dépannés.

Enfin, comptez une heure de moins qu’en France. Le réseau téléphonique est bon, vous pourrez profiter de la 4G sur votre smartphone. En cas d’urgence, composez le 112 pour obtenir de l’aide (numéro d’urgence européen). Côté autochtones, les Islandais sont plutôt froids de prime abord; ne vous offusquez pas s’ils vous répondent un peu sèchement, ils vous aideront 🙂

Si vous avez des questions, n’hésitez pas à les poser dans les commentaires, nous vous répondrons !

Laisser un commentaire